Page en cours de chargement

Electrofly  
BLACK OUT

* Dossiers en cours *
 -  Les projets de la liste
+ Batteries
+ Conception
+ Moteurs
+ Réducteurs
+ Turbines
+ Variateurs
+ Chargeurs
+ Equipements divers
+ Modèles
+ Tours de main
+ Pilotage
+ Divers

Les archives
+ Les projets de la liste
+ Les Batteries
+ La conception
+ Moteurs
+ Les variateurs
+ Notices de montage
+ Equipements divers
+ Modèles
+ Tours de main
+ Revues de presse
+ Divers

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne


Les projets de la liste - La BaronnE - II

La BaronnE - II : La Construction du fuselage

Préambule

Comme dit au début, le choix procède d’un à priori, marier harmonieusement Dépron et balsa et réaliser une construction simple et rapide, légère mais efficace, peu coûteuse et sans outillage particulier, ni trop de place (une table de cuisine).

Un avion facile, polyvalent, mais ressemblant au Baron.

Au vu de la construction de Pascal Bourguignon et de quelques essais préalables, nous avons compris que le Depron, ne s’utilise bien, que bordé de balsa même pas trop épais, car il se ponce mieux ainsi, il se plaque aussi très facilement de balsa mince ou, pris en sandwich, contre collé (ou en contreplaqué en croisant les fibre du balsa avec le sens de laminage du Dépron) etc.

Mon souci principal, au début, c’était la colle…
La colle blanche à bois donne de bons résultats mais elle sèche lentement, elle roule au ponçage et marque le Depron, bref cela convient très bien en surface mais pas pour des collages plus délicats.
La colle blanche aliphatique de Topmodel semble mieux convenir, en tout cas elle prend plus vite, ce qui convient moins bien aux collages de surface (placages) mais mieux aux collages des baguettes sur chant. Son poids aussi n’est pas négligeable.
Ceci dit certaines colles sont meilleures que d’autres et donnent de bons résultats.

Nous avons essayé plusieurs colles, les époxy (trop dures), la UHU Por (trop lente, souple, coûteuse), les colles genre cellulosiques ou cyano ne conviennent pas du tout, dans les cyano spécial Depron (Robbe, Topmodel) le collage convient en surface mais pas sur chant car, la mousse interne est fragilisée, en revanche elles sont rapides.
D’autres colles semblent convenir comme la colle Bison, Velpon, Résiste à tout, PU etc.

Nous avons préféré la ZAP foam, distribuée par Scientific France, car assez rapide et pas trop (un peu coûteuse), elle colle bien sur chant, reste légère et facile d’emplois, il y en aurait certainement d’autres mais comme nous étions satisfaits nous n’avons pas trop cherché… Et puis, en l’utilisant conjointement avec de la colle blanche vinylique ou aliphatique on s’en sort bien.

Préférer une colle « extérieur » qui, si elle reste facile à diluer avec de l’eau, résiste à l’eau lorsqu’elle a durcie… C’est mieux pour les pays humides…

Le Fuselage :

La construction proprement dite commence par le découpage des flancs en Depron 3 mm que l’on borde de balsa 3 x 3 tendre.

On colle aussi sous presse et à la colle blanche (bien à plat) les contre flancs CF1 en balsa 10/10 tendre. Ces flancs deviennent très rigides, surtout à l’avant.
Comme la soirée est perdue en attendant que cela sèche, on découpe les autres pièces, les couples le stab et la dérive en 6 mm, les formes, en Depron, des ailes etc.

Pour tracer ces pièces, ma méthode est simple : Je prolonge, aux angles, les traits des côtés, au crayon, sur quelques centimètres. Je pose, et fixe avec 3 épingles, dessus, un morceau de Depron, découpé légèrement plus grand, « à la grosse », pour qu’il dépasse un peu.
Il suffit alors de découper à la règle ou en suivant une baguette épinglée pour les courbes.

Le couple C1 est bordé balsa 3 x 3 ainsi que les contre flancs CF2 qui positionnent la cloison moteur CM.
Attention cette cloison moteur est en CTP « maison » de samba 8/10 collé Araldite (bien tirée comme de la laque) sous presse en petite surface (100 x 100 env.), le CTP de bouleau est beaucoup plus lourd et trop solide, si vous ne voulez pas le faire, bien que ce soit facile, utilisez du CTP 30/10 okoumé, ou peuplier, du commerce, ils sont plus léger.

La partie avant étant parallèle, on va coller en place, bien perpendiculairement, les couples C1 et C2, un contre flanc CF2, puis la cloison moteur CM (pré percée pour le moteur) en s’aidant du deuxième contre flanc CF2. Le renfort de cabine en balsa 3 x 3 est collé en biais sur le contre flanc (le deuxième sera collé plus tard). Ils serviront aussi d’assise pour la planche balsa 20/10 servant à fixer le récepteur.

Collez aussi, au préalable, les renforts en CTP, ou bois dur mince, pour les élastiques, les trou pour le rond de bois dur de 4 mm étant pré percés, sur les deux flancs à la fois, pour se trouver bien en face l’un de l’autre.

Sur le chantier (CTP ou latté, bien plat de 1 m x 200 x 20 env.), la ligne médiane tracée au feutre fin, on fixe bien perpendiculairement en respectant bien le milieu, les couples C3, C4 et C5 en ponçant légèrement le côté suivant la pente du fuselage.
Attention : le Depron est tendre et se ponce très facilement.
C’est facile avec une poncette (papier de verre ou abrasif collé à la colle contact sur du bois).

Il suffit alors d’assembler et coller en place à la ZAP ou à la colle blanche, d’abord le premier flanc portant les couples puis le second en pinçant l’arrière et en se servant de la ligne de milieu comme repère.

J’utilise pour tous ces assemblages de petites masselottes de récup en acier, mais les épingles conviennent aussi.
Pensez surtout à bien protéger le plan de travail avec un film pour ne pas le coller.
Soignez les ajustages, vous gagnerez du temps ensuite.

La base du fuselage étant assemblée :
Le stab est collé avec le dessus en Depron 3 mm, en s’aidant du plan de travail pour réaliser la perpendicularité au fuselage.
Caler l’avant avec un peu de Depron 3 mm pour rattraper l’épaisseur sans le coller.

Puis la dérive en Depron 6 mm bordée balsa 6 X 3, guidée sur le couple C5 par des baguettes 3 x 3, puis le dessous débordant.
Ponçage !
Repassons à l’avant : le support de batteries en balsa 20/10 est collé en le renforçant, à contre sens, par du balsa, à l’endroit de la fixation des ruban (colliers) qui retiennent la batterie en plus du Velcro. Prévoir d’avance, en fonction de la batterie, les encoches pour les rubans.
Le capot amovible (retenu par un tube plastique ou une brochette de 2 mm en travers, prévoir seulement des cloisons solidaires du capot) est positionné par deux pattes en Depron et un tube guidage de 3 x 2 si possible en ABS ou en alu.

Ainsi la batterie Lipo 2 ou 3 S est posée à plat, simplement retenue par deux Velcro aux extrémités. Les rubans étant eux aussi équipés de Velcro pour sécuriser la batterie en la cerclant.

Le contrôleur, qui mérite plus de refroidissement que la batterie, est placé dessous et aéré.

Sur le fond supportant la batterie, un grand bout de Velcro permet de déplacer la batterie (centrage) avec seulement deux fixations en bout, facilitant l’arrachage du Velcro.

Partie 1 : présentationTélécharger les plansPartie III : Les ailes


Date de création : 20/02/2007 @ 01:32
Dernière modification : 20/02/2007 @ 22:20
Catégorie : Les projets de la liste
Page lue 7704 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page


react.gifRéactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



******* Spécial ! *******

Recherche





Préférences

 Nombre de membres 236 membres


Utilisateurs en ligne

( personne )

^ Haut ^

FREE, la liberté n'a pas de prix !modelisme-com.jpg

  Site créé avec GuppY v4.5.17 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL

Document généré en 0.07 seconde